Étude : Facebook et la perception des autres | Geek Café
mercredi 25 janvier

Étude : Facebook et la perception des autres

Je présente ici une étude publiée online intitulée : « ‘Ils sont plus heureux et ils ont une meilleure vie que moi’ : l’impact de l’utilisation de Facebook sur la perception de la vie des autres » par deux sociologues Hui-Tzu Grace Chou et Nicholas Edge de l’Utah Valley University.

« La vie est injuste » ?

Comme beaucoup de ces études sur « l’impact » des réseaux sociaux, il y a de nombreuses choses à redire et sur la méthodologie et sur les conclusions trop hâtivement tirées qui oublient que « corrélation n’est pas causation » mais les données sont tout de même intéressantes.

425 étudiants de l’Utah ont donc été soumis à un questionnaire sur la vision qu’il avaient de la vie et de celle des autres, ainsi que leur niveau d’utilisation de Facebook.

Les questions consistaient en des « plutôt d’accord » ou « plutôt pas d’accord » sur des propositions comme « la vie est juste » ou « beaucoup de mes amis ont une meilleure vie que la mienne ».

D’un autre côté était demandé le temps hebdomadaire passé sur Facebook, le nombre d’amis et la proportion de ces amis ayant déjà été rencontrés dans la vraie vie et pas seulement en virtuel.

Des corrélations

Les résultats sont formels, il y a bien plusieurs corrélations entre l’utilisation de Facebook et ces indices de qualité de vie, notamment :

  • Les gros consommateurs hebdomadaire de Facebook sont plus nombreux à penser que leurs amis ont une meilleure vie que la leur et qu’ils sont plus heureux.
  • Les utilisateurs avec beaucoup d’amis sur Facebook sont significativement plus enclins à ne pas trouver les autres plus heureux qu’eux, et à considérer que la vie est juste.
  • Les utilisateurs ayant beaucoup d’amis Facebook qu’ils n’ont jamais rencontré, sont plus nombreux à penser que les autres ont une vie meilleure

Les résultats sont significativement les mêmes pour les hommes et les femmes.

Corrélation donc, mais attention, ça ne veut pas dire que l’utilisation de Facebook rend triste comme semblent le suggérer les auteurs de l’étude. En effet, rien ne permet de conclure que l’utilisation intensive de Facebook entraîne la tristesse… il est tout aussi logique de penser (par exemple) que c’est le fait d’être mal dans sa peau et pas heureux qui incite à aller plus souvent sur Facebook… (ça me parait d’ailleurs plus probable dans ce sens).

En tout état de cause, vous pouvez lire l’étude parue dans le journal de Cyber-psychologie, comportement et réseaux sociaux.

Créateur de Geek Café. Thésard flemmard spécialisé en procrastination, j’aime la science mais ce n’est pas toujours réciproque

Facebook Twitter Google+ 

1 Commentaire

Ecrire un commentaire

requis

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>