Faire sauter une seconde aux horloges pour s'aligner avec la rotation de la terre ? | Geek Café
vendredi 20 janvier

Faire sauter une seconde aux horloges pour s’aligner avec la rotation de la terre ?

Si le 29 février ajouté tous les 4 ans (à quelques exceptions près) à notre calendrier pour garder l’année en phase avec la rotation de la terre autour du soleil est relativement bien connu, il existe une autre pirouette temporelle qui est réalisée de manière irrégulière à quelques années d’intervalle et qui a été au centre des débats à l’Assemblée mondiale des radiocommunications de l’Union Internationale des Télécommunications hier à Genève.

L'horloge atomique FOCS-1 en Suisse est l'horloge la plus précise du monde

Pourquoi sauter une seconde ?

Pour comprendre le problème, il faut d’abord savoir que la seconde comme unité de temps a été redéfinie en se référant aux horloges atomiques (400 d’entre elles) en 1967 comme le 86400ème (24x60x60) de la durée d’un jour.

Seulement voilà, la durée du jour de référence prit en compte est celui de 1900. Or de 1900 à nos jour, la rotation de la terre sur elle même a ralenti ! Le jour astronomique (rotation) est donc de plus en plus long, alors que le jour des nos horloges ne bouge pas, et c’est bien là le problème.

Sans rien faire pour palier à ce phénomène, les jours se décaleraient de plus en plus du jour astronomique, et bien qu’il soit difficile de prévoir le ralentissement de la rotation de la terre, certains estiment que midi correspondrait au lever du soleil dans moins de 100.000 ans à ce rythme (vous me direz… on a peu de chances de le voir)

C’est donc pour cela qu’une fois de temps en temps pour se remettre en phase, les horloges atomiques du monde entier « sautent » une seconde pour se redonner de l’avance.

Pourquoi cette pratique fait débat

Vous vous souvenez du tant redouté « bug de l’an 2000″ où tous les systèmes informatiques du monde risquaient de se planter en même temps faisant tomber notre société si dépendante des ordinateurs ? Eh bien le problème est un peu le même.

En effet tous les développeurs des systèmes de communications, de navigation et des systèmes bancaires et financiers n’ont pas forcément pensé à cette petite seconde de décalage qui est en plus imprévisible puisque irrégulièrement mise en place… et comme ces domaines font appel à des mesures temporelles extrêmement précises, certains craignent le chaos.

Le débat s’est donc ouvert hier à Genève avec notamment les américains, les français et l’Allemagne en faveur de la suppression de cette pratique et tant pis pour l’alignement avec le jour astronomique. D’un autre côté, le Royaume-Uni, le Canada la Chine font valoir que pour les précédents cas tout comme pour le bug de l’an 2000 tout s’était bien passé et qu’il ne faut pas se décaler du jour réel.

Cette opposition des principaux pays occidentaux n’est pas nouvelle puisque les débats durent depuis plus de 10 ans quant au bien fondé de cette seconde…

La conférence d’hier, elle, qui devait en finir avec ce casse-tête a simplement réussi à décider … de reporter a décision à la conférence de 2015 ! La science avance vraiment à pas de géant :)

[NYT] [POPSCI] [Nature]

Créateur de Geek Café. Thésard flemmard spécialisé en procrastination, j’aime la science mais ce n’est pas toujours réciproque

Facebook Twitter Google+ 

3 commentaires

Ecrire un commentaire

requis

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>