La gravité d'Einstein passe avec succès son plus grand défi à ce jour | Geek Café
lundi 29 avril

La gravité d’Einstein passe avec succès son plus grand défi à ce jour

Dans le cadre de sa théorie de la relativité générale, à ne pas confondre avec la relativité restreinte, l’ami Albert s’est payé le luxe de redéfinir et de supplanter les équations de Newton en ne considérant plus la gravitation comme une force appliquée par les astres les uns sur les autres mais comme une distorsion de la forme de l’espace temps.

Or dans la science, les bonnes théories sont celles qui permettent d’expliquer le plus de cas réels, c’est-à-dire celles dont les équations appliquées à un cas particulier arrivent à prédire avec succès la réalité observée. Alors bien sûr dès qu’un système très original est découvert pas les astrophysiciens, les différentes théories sont mises à l’épreuve de l’expérience.

Dans ce cas, c’est un système incroyablement improbable qui a été mis à jour, à 7000 années lumière de la Terre, deux étoiles sont en orbite l’une autour de l’autre, une gigantesque étoile à neutrons deux fois plus massive que le Soleil et une naine blanche, impliquant des effets gravitationnels gigantesques, la gravitation dépendant de la masse des objets.

star

Eh bien malgré le fait qu’elle fête bientôt ses 100 ans, la théorie d’Einstein ne semble toujours pas avoir la moindre ride, passant les tests les plus extrêmes les uns après les autres.

Et pourtant on sait déjà qu’elle est invalide pour la physique quantique (à des échelles extrêmement petites), preuve qu’elle n’est pas parfaite puisqu’elle n’explique pas tout… mais en attendant que quelqu’un arrive à faire le pont entre la physique quantique et la physique classique, c’est ce qu’on a de mieux !

Il faut comprendre que dans un système tel que celui-ci les effets gravitationnels attendus sont tellement forts que des « ondes de gravitation » sont émises par le système et ces ondes peuvent être estimées sur Terre en enregistrant les ondes radio émises par l’étoile à neutron (pulsar) sur une longue période de temps. Or ces « ondes gravitationnelles » sont par définition plutôt incompatibles avec la théorie d’Einstein, et pourtant comme le note Paulo Freire du Max Plack Insitute pour la radioastronomy en Allemagne :

Nous pensions que ce système pourrait être suffisamment extrême pour « casser » la relativité générale mais au contraire les prédictions d’Einstein se vérifient étonnamment bien.

Bref, bien joué Albert, ce ne sont pas pas deux petites étoiles qui te donneront tort.

[source]

Créateur de Geek Café. Thésard flemmard spécialisé en procrastination, j’aime la science mais ce n’est pas toujours réciproque

Facebook Twitter Google+ 

Ecrire un commentaire

requis

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>