Le stockage de données dans l'ADN devient une réalité ! | Geek Café
vendredi 25 janvier

Le stockage de données dans l’ADN devient une réalité !

Une nouvelle technique publiée dans le journal Nature permet d’enregistrer de manière extrêmement durable (plusieurs dizaines de milliers d’années…) des quantité énormes de données et de les relire sans aucune erreur.

Cette nouvelle méthode, permet de stocker, par exemple, plus de 100 millions d’heures de vidéo en haute définition dans un volume équivalent à une tasse de thé ! Le secret est aussi celui de votre vie : l’ADN

L’étude menée par des chercheurs du European Bioinformatics Institute (EMBL-EBI) est un pas dans la direction de l’archivage complet des données produites par les humains.

Le monde regorge d’informations numériques – environ trois zettabytes (3000 milliards de milliards de bytes) – et l’afflux constant de nouvelles données constitue un véritable défi pour les archivistes.

Les disques durs sont coûteux et nécessitent beaucoup d’électricité, et les meilleurs matériaux d’archivage ‘non-électriques’, tels que la bande magnétique, se dégradent en moins d’une décennie.

Nick Goldman premier auteur de l’étude :

Nous savons déjà que l’ADN est un outil de stockage d’information fiable car celui que nous pouvons extraire d’os de mammouths laineux vieux de plusieurs dizaines de milliers d’années est toujours exploitable […] L’ADN est aussi étonnement petit et dense et n’a pas besoin d’électricité pour être stocké, donc il est facile à conserver et à échanger.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le vrai problème pour stocker les données dans des chaînes d’ADN n’est pas de les lire mais bien de les écrire. En effet, si depuis des années maintenant le méthodes de séquençage (donc de lecture) se sont énormément développées, il n’existe que eu de méthodes pour créer des brin d’ADN avec une séquence particulière (écriture).

Ayant surmonté ce problème grâce à l’aide de la société Californienne Agilent, les chercheurs ont réussit à encoder le  fichier .mp3 du discours de Martin Luther King “I Have a Dream”; d’une photo .jpg de l’EMBL-EBI; un .pdf du papier de Watson et Crick “Structure moléculaire des acides nucléiques” et un fichier .txt de l’ensemble des sonnets de Shakespeare.

Bref une méthode prometteuse qui va peut-être trouver une issues commerciales dans les années à venir !

Créateur de Geek Café. Thésard flemmard spécialisé en procrastination, j’aime la science mais ce n’est pas toujours réciproque

Facebook Twitter Google+ 

Ecrire un commentaire

requis

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>