Les scientifiques ont greffé avec succès des neurones générés à partir de cellules de peau | Geek Café
vendredi 15 mars

Les scientifiques ont greffé avec succès des neurones générés à partir de cellules de peau

L’étude réalisée sur des singes constitue une étape importante vers un traitement potentiel de maladies dégénératives comme Alzheimer ou Parkinson.

Pour les maladies mettant en cause la destruction de cellules que le corps ne peut pas régénérer de lui-même, ce qui est le cas d’Alzheimer ou Parkinson avec les neurones par exemple, l’idée de regreffer de nouvelles cellules cérébrales pour contrer la maladie peut paraître intéressante.

Seulement un problème double se pose quant à l’origine des nouvelle cellules, importer des cellules cérébrales d’un autre individu expose au risque majeur de rejet de greffe, quant à régénérer des neurones à partir de cellules souches prélevées directement l’individu, la méthode pose de grosses contraintes techniques pour trouver ces cellules souches qui ne sont qu’en petite quantité dans le corps.

Photo d’un neurone créé à partir d’une cellule de peau

 En 2007, le chercheur japonais Shinya Yamanaka (qui a obtenu le prix Nobel pour ses travaux l’année dernière) trouve un moyen de créer des cellules souches à partir de cellules basiques comme celles de la peau. Il s’agit de déprogrammer ces cellules adultes pour les re-transformer  en cellules souches pluripotentes qui peuvent par la suite devenir n’importe quel autre type de cellule. Pour effectuer cette  déprogrammation il a mis au point un mélange de substance, souvent appelé le cocktail Yamanaka et qui modifie profondément l’expression des gènes de la cellule.

Il est donc potentiellement possible de déprogrammer des cellules très basiques du malade, de peau par exemple, de les transformer en cellules souches puis de les forcer à se transformer en neurones et de les réimplanter directement dans l’individu lui-même, évitant ainsi tout problème de rejet de greffe puisque ce sont ses propres cellules.

Une idée très séduisante, mais dont la recherche n’en est qu’à ses balbutiements et a connu des heures difficiles ces dernières années. Cela dit, une équipe de recherche de l’Université du Wisconsin à Madison a annoncé dans le journal Cell Reports, avoir réussit à réaliser l’opération sur un signe.

C’est à partir des cellules de la peau de Macaques rhésus atteints de la maladie de Parkinson, dûment transformées en cellules souches puis reprogrammées en neurones que les scientifiques ont fait une greffe dans le cerveau des singes. Ils ont ajouté dans les cellules un gène qui permet aux cellules d’être fluorescentes afin de pouvoir observer leur évolution.

Les résultats au bout de 6 mois semblent encourageants puisque la greffe ne présente ni de cicatrice, de tissus cancéreux ou de signe de rejet comme c’était arrivé dans des tentatives précédentes.

Bien qu’installées confortablement dans le cerveau, les nouveaux neurones n’étaient néanmoins pas assez nombreux pour modifier les symptômes de la maladie sur les singes. Cela reste une première étape importante vers un potentiel futur traitement.

[source]

Créateur de Geek Café. Thésard flemmard spécialisé en procrastination, j’aime la science mais ce n’est pas toujours réciproque

Facebook Twitter Google+ 

1 Commentaire

  1. Ca fait un peu peur quand même je trouve ce genre de méthode… mais bon c’est toujours comme ça avec les progrès, il faut apprendre à accepter !

    Répondre

Ecrire un commentaire

requis

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>