Mars risque une collision géante avec une comète en 2014 | Geek Café
mardi 5 mars

Mars risque une collision géante avec une comète en 2014

Décidément, il ‘n’en fini plus de pleuvoir des gros cailloux sur les pauvres planètes de notre système et celui-ci, qui heureusement n’est pas pour nous, risque de faire parler de lui. Si à l’heure actuelle les chances de collision directe sont faibles, certaines particularités (plus sur le sujet juste après) liées à la composition des comètes font que leur orbite précise est difficile à déterminer et la collision ne peut pas être exclue.

La comète Hale Bopp (Image USNO)

La comète

De son petit nom  C/2013 A1 (Siding Spring), cette comète repérée le 3 janvier 2013 par l’australien Robert McNaugh, semble se diriger droit (ou presque) vers Mars.

A l’heure actuelle, les données issues de son observation, du Catalina Sky Survey puis cette semaine du ISON-NM observatory au Nouveau Mexique ont permis d’extrapoler son orbite et il semble que l’impact sera évité de peu. Les prévisions annoncent que le 19 Octobre 2014, la comète frôlera la planète rouge, ratant l’impact de seulement 37.000 km !

Pour l’instant tout semble indiquer que l’orbite du bolide est hyperbolique, c’est à dire qu’elle voyage plus vite que la vitesse de libération du Soleil. Elle vient probablement de loin dans l’espace, vraisemblablement du Nuage d’Oort, une vaste zone pleine de comètes à environ 1 année lumière du soleil.

Ce phénomène est rare et jusqu’à présent on a recensé seulement quelques dizaines de comètes avec une trajectoire hyperbolique. Si le choc avec Mars est finalement évité elle repartira à la conquête de l’espace infini sans ticket retour.

Rassurant pour nos amis martiens me direz-vous ? Pas tout à fait.

Orbite prévue (en bleu) (Image NASA)

Les comètes ont leur propre « réacteur »

La comète Hartley 2, prise en photo par le vaisseau EPOXI en 2010. Vous pouvez voir plusieurs geysers de gaz au milieu et en haut du noyau

Les comètes sont relativement différentes des astéroïdes. Elles sont composées en grande partie de glace (eau et CO2 principalement), c’est ce que l’on appelle le noyau de la comète et c’est la principale raison pour laquelle il est difficile de prévoir leur orbite.

Quand cette boule de glace géante (celle dont nous parlons pour Mars mesure quand même entre 15 et 50 km, similaire à ce qui a fait taire ces prétentieux de dinosaures) s’approche du soleil elle chauffe et les substances se subliment (passent de l’état solide à gazeux).

Quand cela arrive, des geysers de gaz sous pression peuvent surgir du noyau de la comète, or qui dit gaz sous pression dit force et qui dit force dit changement de trajectoire. Rien de très dramatique généralement mais peut-être assez pour la pauvre Mars.

Difficile à dire en fait, et c’est tout le problème. Pour l’instant la comète est à des milliards de kilomètres de Mars etcette poussée est assez imprévisible. Les astronomes ne pensent pas pouvoir se prononcer avant l’été 2013, où l’observation de la comète sera plus facile.

Le show, impact ou non

En cas d’impact c’est bien simple, Mars sera entièrement détruite à la Star Wars. Non je déconne mais quand même, en cas d’impact direct, et en prenant une taille de 15 km lancée à une vitesse de 55 km/seconde, la puissance de l’explosion engendrée serait de l’ordre de 1 milliard de mégatonnes… soit 25 millions de fois plus que la bombe nucléaire la plus puissante jamais testée sur Terre.

Résultat : un cratère de plusieurs centaines de kilomètres… un sacré choc. Pour nous humain le risque est écarté cette fois-ci mais il n’en va pas de même pour nos vaillants robot sur Mars qui dans le cas d’un impact comme celui-là seraient en toute logique perdus à jamais…

Mais même si l’impact n’a pas lieu (ce qui je le rappelle est encore le plus probable), passer si près n’est pas anodin. En effet la chevelure d’une comète est composée d’atomes, de gaz et de roches issus de la désagrégation du noyau par la sublimation. Cette mixture s’étend dans l’espace derrière la comète et peut mesurer plusieurs centaines de milliers de km.. et Mars passerait presque sûrement dedans au cours de son orbite, créant probablement une pluie de météorite du feu de dieu !

Alors impact, pas impact, on verra bien ce qui est sur c’est que les martiens éventuels (et Curiosity) peuvent commencer à s’inquiéter !

Cet article est en grande partie inspiré par celui (en Anglais) de Phil Plait sur Slate.com donc merci à lui.

Créateur de Geek Café. Thésard flemmard spécialisé en procrastination, j’aime la science mais ce n’est pas toujours réciproque

Facebook Twitter Google+ 

2 commentaires

Ecrire un commentaire

requis

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>