Comment la NASA travaille à la construction du premier véhicule plus rapide que la lumière | Geek Café
lundi 3 décembre

Comment la NASA travaille à la construction du premier véhicule plus rapide que la lumière

Voyager plus vite que la lumière pour atteindre des galaxie lointaines, le principe du « warp drive » ou hyperespace a été rendu si populaire par la science fiction (Star Trek, Star Wars et bien d’autres) qu’on en oublie presque qu’il existe un socle théorique permettant potentiellement ce genre de voyages !

Harlod White et son équipe à la NASA ont fait forte impression sur la communauté aéronautique quand ils ont annoncé il y a quelques mois qu’ils travaillaient effectivement sur le développement d’un tel projet.

En partant d’une modification de la métrique d’Alcubierre, une équation formulée en 1994 par le physicien Miguel Alcubierre, il est théoriquement possible de voyager à des vitesses supraluminiques (plus rapide que la lumière) sans pour autant aller à l’encontre de la théorie de la relativité d’Einstein.

La métrique d’Alcubierre

L’idée d’un tel transport est assez « simple », le vaisseau (en blanc sur l’image) est placé entre deux régions de l’espace-temps. Derrière le vaisseau une zone de vide qui provoque une expansion rapide de l’univers et l’inverse à l’avant.

L’expansion derrière le vaisseau le « pousserait » en avant potentiellement à des vitesses supraluminiques car si d’après la relativité d’Einstein la vitesse limite du déplacement des objets dans l’univers est celle de la lumière dans le vide, l’expansion de l’univers lui-même n’est pas soumis à cette contrainte.

Le principal problème de cette idée est que s’il est tout à fait possible de déformer l’espace-temps à l’avant et à l’arrière du vaisseau, les premiers calculs montrent qu’il faut une énergie énorme… environ l’équivalent énergétique de la planète Jupiter (317 fois celle de la Terre…). Ceci dit il y a de l’espoir !

Un nouveau design

C’est en Octobre dernier, en préparant une présentation pour le 100 Years Starship Project, qu’Harold White réalise par curiosité une analyse de sensibilité du champs d’équation et se rend compte qu’un nouveau design permettrait de réduire considérablement l’énergie nécessaire au système.

« J’ai réalisé soudain qu’en augmentant l’épaisseur du vide, comme en passant d’une forme de ceinture à une forme de beignet, et en oscillant la bulle centrale (la partie stable où le vaisseau se situe), l’énergie nécessaire est fortement réduite, ouvrant la voie d’un passage de la théorie à la pratique ! »

Grâce à ces modifications l’énergie nécessaire au déplacement du vaisseau pourrait être inférieur à une tonne (comparée à Jupiter… il y a du mieux).

Du papier au laboratoire

Maintenant théoriquement possible et réalisable, tout ce qu’il manque c’est une preuve du concept dans le monde réel. Voila donc l’équipe qui travaille sur le premier prototype (le beau métier).

« Nous utilisons une version modifiée d’un interferomètre de Michelson-Morley qui nous permet de mesurer de microscopiques perturbations de l’espace-temps. »

C’est grâce à des lasers qui permettent de perturber l’espace temps d’environ 1/10 millionième que l’équipe essaye de recréer la métrique d’Alcubierre à une échelle minuscule.

« Mathématiquement les équations prédisent que tout cela est possible, il reste encore à le voir fonctionner dans le monde réel »

Harold White compare ses recherches aux premiers pas dans la physique nucléaire et attend sa « Chicago Pile« , la première fois que le nucléaire est passé du théorique au pratique.

« En 1942 l’humanité a activé le premier réacteur nucléaire à Chicago, il générait un demi-Watt d’énergie… pas suffisant pour éclairer une ampoule. Et pourtant seulement un an plus tard un réacteur à 4 MW à vu le jour, assez pour alimenter une petite ville en électricité ».

[source]

Créateur de Geek Café. Thésard flemmard spécialisé en procrastination, j’aime la science mais ce n’est pas toujours réciproque

Facebook Twitter Google+ 

4 commentaires

  1. Et çà coûte moins chère d’y réfléchir, qu’a le réaliser! Non ce truc est tellement gourmand en Energie qu’il faut d’abord trouver comment produire 2,21GW juste pour le mettre sous tension! lol!

    Répondre

Ecrire un commentaire

requis

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>