Une bactérie inconnue et non classifiable découverte 4km sous les glaces de l'Antarctique | Geek Café
lundi 11 mars

Une bactérie inconnue et non classifiable découverte 4km sous les glaces de l’Antarctique

On dirait le début d’un paquet de films de science fiction, des scientifiques russes creusent depuis des mois dans un froid glacial en plein coeur de l’Antarctique et finissent par remonter d’un lac enfoui sous près de 4km de glace, un échantillon peu commun. High-fives, communiqués de presse, reconnaissance internationale, article sur Geek Café puis fondu enchaîné « 3 jours plus tard… » un hélicoptère arrive pour les trouver tous morts dans une mare de sang.

A part la mort, tout est vrai. Des scientifiques russes, après une première pêche infructueuse il y a quelques mois dans le lac Vostok, un réservoir d’eau sous-terrain situé 4km sous la glace polaire, ont annoncé il y a quelques jours avoir trouvé une trace de vie bactérienne inconnue dans leurs échantillons.

L’équipe a annoncé que les premières analyses d’ADN sur l’échantillon ne permettent de classer la bactérie dans aucun sous-règne connu à ce jour et qu’elle est pour l’instant listée comme « non classifiée » et « non identifiée ».

Sergei Bulat du Laboratory of Eukaryote Genetics au St. Petersburg Nuclear Physics Institute explique :

Après avoir exclu tous les contaminants connus… nous avons découvert un ADN bactérien qui ne correspond à aucune espèce connue et répertoriée dans les bases de données mondiales.

Sept échantillons contenant cette même espèce ont été remontés du lac situé sous les 3,5 km de glace mais la correspondance entre son ADN et celui de n’importe quel organisme connu n’excède jamais 86 pour cent.

Les tentatives de reconstruire un arbre phylogénétique (une sorte d’arbre généalogique de l’évolution basé sur les différences génétiques entre espèces, NDR) pour le micro-organisme ont montré que la bactérie Arctique ne correspondait à aucune des catégories principales de sa taxonomie (branches de l’arbre, NDR)

Reste que ce ne sont là que des résultats préliminaires qui devront être confirmés ou infirmés par de nouveaux échantillons dans les mois qui viennent.

Si avérée, l’existence de cette bactérie pourrait être d’un intérêt scientifique énorme pour comprendre l’évolution de la vie sur notre planète puisque ce lac est vraisemblablement resté coupé du monde extérieur depuis plusieurs millions d’années.

[source]

EDIT : On m’annonce sur Twitter que l’équipe vient en fait de déjà revenir sur ses déclarations… et que les résultats ont été faussés par une substance contaminante… source. Tout ça pour ça :)

Créateur de Geek Café. Thésard flemmard spécialisé en procrastination, j’aime la science mais ce n’est pas toujours réciproque

Facebook Twitter Google+ 

4 commentaires

  1. Je me demande si la sécurité de ce genre de recherche est suffisamment étudiée. Que se passe-t-il si on ressort de ce trou un virus vieux de plusieurs millions d’années !! Science sans conscience n’est que ruine de l’âme et vous en faites l’apologie !

    Répondre
    • 80% des commentaires tous sites confondus ne fait allusion qu’aux fautes d’orthographes, à la légitimité de faire d’une news un article, à rappeler à qui veut l’entendre quelles sont les valeurs morales à respecter, etc…

      J’espère que si un virus sort de son trou, il éradiquera totalement et sans conscience ce genre de parasites assis sur sa chaise, qui ne publie rien de rien, et se permet de troller puérilement sans complexes (paradoxalement, ce sont souvent des vieux, d’ailleurs).

      PS. J’avais l’urgente envie de le dire, désolé d’avoir pollué ici le fil des commentaires. (car moi j’en ai CONSCIENCE, et MOI je m’en excuse).

      voilà. bisous. :)

      Répondre

Ecrire un commentaire

requis

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>